La coopérative de maroquinerie dans un Riad

Le Maroc est un pays où les activités artisanales ne cessent de se développer. Ce sont des métiers qui existent depuis des siècles et dont la pratique est transmise par les parents ou les grands-parents à leurs enfants. C’est de cette manière que ces divers arts ne se perdent pas et continuent de porter fièrement et haut les couleurs culturelles du Maroc. Afin de mieux se développer et d’assurer l’épanouissement des artisans, les différents métiers se constituent en coopératives, afin de fournir des services de bonne qualité et des produits bien faits aux habitants du Riad à Marrakech.

Qu’est-ce que c‘est une coopérative à Marrakech

Tout comme la plupart des métiers artisanaux du Maroc, la maroquinerie, qui est un métier artisanal à part entière, donne la possibilité à ses artisans de se regrouper en coopératives. Des coopératives qui sont parfois installées dans des Riad à Marrakech. Une coopérative est une entité économique qui se distingue d’une association à but non lucratif. Le fonctionnement de la coopérative est basé sur le principe de coopération et son objectif premier est de servir les intérêts financiers et économiques de l’ensemble des participants et membres. Le principe de la coopérative s’inscrit réellement dans un processus à mi-chemin entre l’œuvre sociale et l’œuvre écologique. Le fonctionnement de la coopérative réside dans sept principes, dont le principe de démocratie. En effet, pour chaque prise de décision, une personne correspond à une voix, que ce soit pour une élection de conseil d’administration, un changement de dirigeants… Toutes les voix ont le même pouvoir dans une coopérative.

Grâce à la coopérative, le cadre du travail de maroquinier a pu être bien précisé, notamment les conditions de travail. De cette manière, les artisans pourront travailler dans de bonnes conditions et fournir ainsi des meilleurs produits, qui seront mieux appréciés dans le Riad à Marrakech. Les exigences de la maroquinerie, font en sorte que chaque artisan doit être capable dans chacune des étapes du processus de fabrication: la coupe, l’assemblage et les finitions. Être aussi capable de concevoir, d’organiser le travail et de fabriquer les produits. Le secteur de la maroquinerie est principalement constitué d’entreprises artisanales. Après sa formation, le jeune maroquinier peut se faire embaucher dans l’une de ces entreprises ou se mettre à son propre compte. Avec les années, certaines opérations se sont vues mécaniser notamment le piquage, le repassage, le parage avec le retour vers la tradition et les vêtements traditionnels, le métier se voir offrir des opportunités de développement.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*