Quels sites de safari visiter durant les vacances au Kenya ?

vacances au Kenya

Le Kenya est une destination idéale pour un voyage safari. Cette contrée de l’Afrique de l’Est est connue pour sa faune exceptionnelle et variée. Certains parcs nationaux du pays abritent les Big five, les animaux emblématiques du continent. Un circuit safari sur le territoire kenyan promet des expériences uniques et des sensations fortes.

Faire un détour à la réserve nationale du Masai Mara

La réserve nationale du Masai Mara est une attraction phare du Kenya et vaut le détour durant le périple. Elle se trouve au sud-ouest de la contrée. Ce site abrite environ 95 espèces de mammifères, y compris les Big five. Ces animaux en question sont le lion d’Afrique, le léopard d’Afrique, l’éléphant d’Afrique, le rhinocéros noir et le buffle d’Afrique. Des guépards, des gazelles de Grant, des gazelles de Thomson et des impalas sont aussi présents sur les lieux. En outre, la réserve nationale du Masai Mara compte plus d’1 million de gnous et des milliers de zèbres.

Hormis les mammifères, plus de 465 espèces d’oiseau se réfugient dans ce sanctuaire animalier. Ce dernier abrite des autruches, des outardes et des serpentaires. 7 espèces de vautours sont également recensées sur les lieux. En hiver, les surfaces herbeuses de l’aire protégée sont envahies par les cigognes blanches. Les zones marécageuses, quant à elles, regorgent de hérons, d’ibis et de jabirus. Les guêpiers nains, à leur tour, frôlent le long des berges de la rivière Mara.

À la découverte du parc national d’Amboseli, un joyau de l’Afrique

Le parc national d’Amboseli est une destination à ne pas louper durant les vacances au Kenya. Il est qualifié de réserve de biosphère de l’UNESCO. Ce musée à ciel ouvert est situé au nord du mont Kilimandjaro, à environ 200 km au sud de Nairobi. Il figure parmi les plus beaux parcs nationaux du pays. Ce site est caractérisé par un lac du même nom ainsi que des étendues de plaine et de savane. Il est aussi jalonné d’acacias et de marécages d’eau. En temps dégagé, le parc national d’Amboseli offre une vue magnifique sur le mont Kilimandjaro.

Sa faune diversifiée rehausse la notoriété de cette réserve. Celle-ci est réputée pour les défilés réguliers de ses troupeaux d’éléphants. Des centaines de pachydermes peuplent ce sanctuaire animalier. D’autres mammifères tels que les gnous, les antilopes, les zèbres et les lions sont également présents sur les lieux.

Le parc national du lac Nakuru, un site incontournable du Kenya

Le parc national du lac Nakuru est une halte obligatoire dans la vallée du Rift. Il est situé au pied d’une falaise. Même moins vaste, cette aire protégée est dotée de paysages dignes des cartes postales. Au cœur du site se trouve un lac alcalin du même nom. Ce point d’eau couvre environ un tiers de la superficie totale du parc. Ce dernier est aussi orné de plaines, de collines rocheuses et de forêts.

La réserve est un lieu de prédilection pour les passionnés de la vie sauvage, notamment les ornithologues. Elle abrite plus de 300 espèces d’oiseaux, dont des Martins-pêcheurs, des hérons, des cigognes et des milliers de flamants roses. Ces derniers se regroupent régulièrement près du lac Nakuru. Ce sanctuaire animalier englobe également des rhinocéros, des espèces fortement protégées en Afrique. En outre, quelques fauves et félins se réfugient dans le parc.

Un événement pour promouvoir la musique du Riad à Marrakech à Agadir

riad-al-ksar

Le festival Timitar fait partie des évènements organisés au Maroc pour animer l’été, il a donné l’occasion à ses organisateurs et au Maroc de rayonner une fois de plus à travers le Monde. Précisons que cette année 2014 s’est tenue la 11ème édition du festival et que ce dernier fait partie de l’European forum of Worldwide Music Festivals, c’est donc un évènement d’envergure internationale. Les populations Européennes ont ainsi pu découvrir la musique issue du riad à Marrakech

Activités liées à la clôture du festival Timitar

La onzième édition du festival Timitar a accueilli pas moins de 120 000 spectateurs durant les cérémonies de clôture, qui sont venus, même du riad à Marrakech, célébrer la beauté des rythmes musicaux Marocains. Certains concerts se sont déroulés sur la Place Al Amar avec les artistes de renommée internationale présents, comme l’Egyptien Hani Shaker ou la chanteuse Marocaine Najat Aâtabou. Des personnalités d’Agadir étaient présentes à la célébration, notamment le ministre Marocain de l’Agriculture et de la pêche maritime, le gouverneur de la préfecture d’Agadir mais aussi le Wali de la région SMD. Ces personnalités, dont certaines sont membres de l’association Timitar prouvent que le festival bénéficie de leur soutien. Durant l’évènement un hommage a été rendu à l’artiste Aziz Chamekh qui a fait de son mieux pour revaloriser la culture Amazigh. Le concert d’hommage a été animé par des artistes amazigh comme le groupe Chamekh.

Le défunt Aziz Chamekh a débuté sa carrière musicale en 1960 comme membre du groupe Tabghaunouste. En 1962, il fonde son propre groupe, Laqdam qui est à la base d’un autre groupe : Izenzarne. Laqdam a été le premier à se servir d’instruments de musique modernes comme le violon et le banjo, pour faire de la musique amazigh. Ce groupe a produit des titres très connus comme « Douni Tzri » qui a été repris par de nombreux artistes. Chamekh a travaillé avec de nombreux artistes célèbres dans la musique amazighe comme Raïs Saïd Achtouk, Omar Wahrouch, Mohamed Demsiri etc. Toujours pour rendre honneur à l’artiste, et afin que l’artiste soit connu même dans le Riad Al Ksar à Marrakech, l’association timitar fera le nécessaire pour produire l’album d’Aziz Chamekh « Anazour » qui signifie en français « l’espoir », dans la même optique, un livre autobiographique de l’artiste sera édité, portant le titre « Abdelaziz Chamekh : Histoire d’une icône de la musique amazighe ».

Que peut-on découvrir sur la vie politique du Tadjikistan en faisant un trekking ?

tadjikistan

La République du Tadjikistan que l’on appelle également Tadjikistan est un pays riche en montagnes que l’on retrouve en Asie centrale et qui n’a pas d’accès à la mer. La capitale du pays est la ville de Douchanbé, que vous pourrez découvrir au Tadjikistan lors d’un trekking. Le pays partage une frontière au sud avec l’Afghanistan, à l’est avec la Chine, à l’ouest avec l’Ouzbékistan et au nord avec le Kirghizistan. C’est l’unique État qui a survécu à l’ancienne Asie centrale soviétique, la langue officielle dans le pays n’est pas d’origine turque, mais elle a une origine iranienne : le tadjik. La population tadjike représente 80% de la population et fait partie des peuples iraniens. Les frontières du Tadjikistan actuel remontent à 1929, lorsque le pays appartenait encore à l’Union soviétique et qu’il a été séparé de l’Ouzbékistan.

En réalité, le Tadjikistan est né suite à l’éclatement de l’URSS en 1991, s’en est suivie une guerre civile qui a duré de 1992 à 1997 et dont les conséquences sont toujours actuelles. Malgré sa croissance soutenue et l’importance de ses richesses naturelles, le Tadjikistan demeure le pays le plus pauvre de ce qui fût l’URSS. Cela peut s’expliquer par l’exploitation limitée des nombreuses richesses naturelles, que l’on peut découvrir au Tadjikistan en faisant un trekking http://www.boncap.com/sejour-maroc/. Sur le plan politique, le Tadjikistan est une république présidentielle ou sein de laquelle le président est élu au suffrage universel pour une durée de 7 ans renouvelable une seule fois. Le premier ministre lui est nommé par décret présidentiel, et le conseil des ministres est nommé par le président avec accord du parlement. Le parlement aussi appelé assemblée suprême est bicaméral, on y retrouve la chambre basse constituée de 63 membres élus pour 5 ans, c’est l’assemblée des représentants que l’on appelle localement Majilisi namoyandagon, et la chambre haute appelée Majlisi milli ou Assemblée nationale qui compte 33 membres également élus pour 5 ans.

 un trekking  découvrez aussi le trekking au Maroc sur cet article vous permettra de constater que la guerre civile qui a opposé les factions régionales aux factions politiques entre 1992 et 1997 marque toujours la vie politique dans le pays. Il faut noter que selon les observateurs, la population fait preuve de passivité politique qui préfère profiter de la stabilité actuelle au lieu de compter sur des promesses de changement à venir. Le Parti démocratique populaire du Tadjikistan en abrégé HDTK est largement majoritaire dans les deux chambres, mais on note tout de même la présence de l’opposition au parlement, chose très rare en Asie centrale. Cela entraîne quelques fois des débats houleux entre l’opposition et le parti au pouvoir.

 

La place de l’artisanat dans le Riad et la ville de Marrakech

Chaque pays est caractérisé par sa culture, par son mode de vie ou par des traditions qui sont transmises des parents aux enfants. Comme tous les pays, le Maroc se démarque par certains éléments qui font la particularité de sa culture et qui par conséquent attirent les visiteurs étrangers en quête de dépaysement. L’artisanat marocain est l’un des atouts du pays, un artisanat dont les retombées sont parfaitement visibles dans le Riad à Marrakech. .

Caractéristiques du style artisanal dominant à Marrakech

C’est durant la période du néolithique que la construction du Royaume du Maroc a connue un véritable tournant. En effet, c’est au cours de cette période que le pays a vu arriver les migrations venues des pays plus au Nord et à l’Est, l’arrivée des migrants s’est faite avec leurs traditions et leurs techniques artistiques. Avec l’écoulement des siècles, la diversité de la population et les influences diverses, la richesse de l’artisanat marocain a pris de l’ampleur et regroupe de nos jours plus de 70 métiers différents. Ce qui est le plus marquant dans cet artisanat, c’est surtout la diversité des matériaux et des créations. L’artisanat marocain est très souvent utilisé dans le cadre de la construction de bâtiments comme les Riad de la médina à Marrakech.

Les besoins de la population se font plus grands avec le temps. Désormais, ce ne sont plus seulement les Marocains qui sont désireux de consommer les produits de l’artisanat marocain, les étrangers aussi entrent dans la danse et affectionnent ces créations originales quand ils visitent le pays, sans oublier les exportations qui sont toujours plus croissantes. La beauté des créations artisanales au Maroc fait resplendir le Riad à Marrakech, mais aussi les habitants du pays, grâce aux vêtements, aux revêtements, aux parures, aux bijoux, aux chaussures, etc. Tout ce qui fait le quotidien des populations au cœur de ce beau pays. Il est plus que primordial de préserver ce patrimoine qui fait partie intégrante de l’histoire du Maroc. Sans l’artisanat et ses retombées, de nombreuses familles auraient vécu dans la pauvreté. De plus, l’ambiance que l’on connaît actuellement dans les souks n’existerait pas, ce qui serait un coup dur pour le tourisme et l’économie marocaine en général. De plus, ce patrimoine est un rappel visible du passé du Royaume.